Publications: 

Article de Christophe Roulet, tiré du Magazine de la Fondation de la Haute Horlogerie du jeudi 12 avril 2012.
Karsten Frasdorf © Heritage Watch Manufactory (Voir La force constante/Photos et vidéo)

En présentant cette année la Firmamentum, après la Tensus en 2011, Heritage s'est déjà fait un nom auprès des aficionados qui ont immanquablement reconnu la patte de Karsten Frasdorf, un horloger capable de réaliser un instrument de navigation au poignet en six mois.
Fabrication des Montres Normandes, c'était lui. Lui également qui a œuvré à la réalisation de la sauterelle de Chronowiss en 2009. Son nom : Karsten Frasdorf, horloger allemand désormais établi en Suisse, près de Neuchâtel, qui conduit la destinée de la toute jeune société en mains privées fondée en 2010 et nommée Heritage Watch Manufactory. Heritage, une dénomination qui ne doit rien au hasard tant les références historiques de Karsten Frasdorf foisonnent dès qu'on le questionne sur sa démarche, John Harrison (1693-1776) en premier.
Comme un jeu d'échec
« Je travaille sur la base des savoir-faire séculaires qui sont une des caractéristiques majeures de la mesure du temps, expliquait-il lors d'une rencontre à Baselworld. Personnellement, je suis de ceux qui aiment à dire qu'en horlogerie, tout est connu. En ce sens, on pourrait la comparer à un jeu d'échec dont les seize pièces sont immuables, tout comme les règles régissant leur déplacement. Ce qui n'empêche pas des millions de variantes possibles dans la conduite du jeu. »
Pour rester dans un vocabulaire propre à l'échiquier, à n'en pas douter, la stratégie adoptée par Karsten Frasdorf est celle d'un approche des plus techniques, de celle qui demande un maîtrise consommée des arcanes horlogères. Questionné sur la première réalisation Heritage présentée l'an dernier, Karsten Frasdorf détaille la montre-bracelet Tensus et son calibre 880 faisant l'objet de cinq brevets : « il s'agit d'une montre avec échappement à force constante inspirée des travaux de Xavier Theurillat, comportant donc trois ancres, six palettes, et deux roues d'échappement. L'énergie transmise au balancier est fournie par un ressort qui se trouve entre les deux roues d'échappement et qui est réarmé à chaque alternance, soit cinq fois par seconde. L'énergie transmise au balancier à chaque impulsion est donc rigoureusement constante durant toute la réserve de marche de la montre. » Suffisamment technique? Et ce n'est qu'un début car à Bâle, l'horloger arrivait avec sa Firmamentum, un hommage appuyé à John Harrison, père de la chronométrie de marine.

 

Bibliographie:

 - concernant l'échappement à force constante:

Carriage Clocks their history and development, by Charles Allix and Peter Bonnert.   Antique Collectors Club, 1974, 215-216, (brief description).

Constant Force Escapements and an Escapement Remontoire – A G Randall 

Antiquarian Horology Vol.11, Autumn 1978 46-60. 

Mit Konstanter Kraft in einer Reiseuhr  -  A G Randall 

Alte Uhren 3, Juli 1978 224-31. 

Les Echappements à Force Constante – A G Randall

Horlogerie Ancienne (Association Nationale des Collectionneurs et Amateurs d’Horlogerie Ancienne)  No 26  1979, 41-57. 

Development of an Escapement Remontoire -  A G Randall

Horological Journal Vol.126, 1984, 22-28. 

The Time Museum Catalogue of Chronometers, by A G Randall, 1992, Rockford, Illinois, USA, 288-291

Die Theurillat-Hemmung im Tourbillon - R. Daners Chronometrophilia No 40, Eté/Sommer 1996, 32-38

Glass Balance Springs – A G Randall (seeking a way of overcoming the problem of magnetism in precision timekeeping.)

Horological Journal Vol.142, June 2000, 192-195 and July 2000, 237-239. 

Making and Testing Glass Balance Springs – A G Randall

Horological Journal Vol.151, February 2009, 56-60. 

Richard Daners – sein Werk/son œuvre

Musée International d’Horlogerie, 2007. 

Echappée Belle:  “La fiabilité pour Leitmotiv” – Louis Nardin

Revue Révolution Septembre 2009, 141.  (Utilisation dans une montre bracelet par Karsten Frasdorf.) 

Spiraux de verre – A G Randall

Horlogerie Ancienne (Association Française des Amateurs d’Horlogerie Ancienne) Revue No.71, juin 2013, 35-48.

 - concernant l'astronomie:

Edmond Guyot, Professeur à la Faculté des sciences de l'Université de Neuchâtel, Un planisphère céleste universel, in La Suisse Horlogère, No 23, juin 1955, pp. 614-616

J.-M. Nussbaum, L'oeuvre d'un horloger chaux-de-fonnier. De la technique horlogère à l'astronomie, in Revue Internationale de l'Horlogerie, juillet 1955, No 7, pp. 25-27